Browse By

Pourquoi faut-il changer l’UE plutôt que d’en sortir: réponse à François Asselineau

L’équipe de “Ça reste en off” avec François Asselineau, le 12 février 2020. Stéphane est à droite (chemise rouge)

Stéphane Carbiener est chroniqueur dans l’émission “Ça reste en off“. Il débattait du “Frexit” avec François Asselineau, président de l’UPR (Union Populaire Républicaine) et candidat aux élections présidentielles. Face au flot de commentaires insultants contre l’équipe et d’admiration immodérée pour M. Asselineau, il a décidé de répondre à ses détracteurs et développer son point de vue sur la question européenne.

L’émission en intégralité >> https://www.youtube.com/watch?v=WR2z89uy0mY

Je respecte les points de vue de chacun mais je suis un peu consterné par tous ces commentaires béats d’admiration.

Monsieur Asselineau dresse un constat avec lequel on ne peut qu’être d’accord, mais lorsqu’il s’agit de proposer des solutions, hormis se barrer de l’UE et dire “vous verrez”, son discours lors de cette émission est vide. On est noyé sous des références historiques, des anecdotes qui me font penser à cette technocratie qui nous assourdit et nous aveugle. Je reste convaincu que son projet est dangereux pour notre pays. Je me permets de préciser le point de vue que le temps de l’émission ne m’a pas permis de faire.

Pourquoi à mon sens faut-il changer l’Union Européenne plutôt que d’en sortir ?

La raison fondamentale est environnementale et réside dans ce que notre monde devient de plus en plus petit à mesure qu’on en découvre les limites. Ces limites nous imposent la coopération et le partage, plutôt que la compétition. Sortir de l’Union Européenne la détruirait, car la France n’est pas le Royaume Uni, je suis en accord avec M.Asselineau sur ce point.

Mais ce serait surtout l’occasion d’une remise à zéro de la coopération européenne et internationale. Certes, cela permettrait à chaque pays de décider avec qui et comment il veut coopérer. Mais chaque pays pourrait à nouveau camper sur ses actifs de ressources naturelles pour les monnayer au mieux disant. Le Royaume-Uni était le premier producteur de pétrole dans l’UE. Sa sortie de l’UE remet totalement en cause la question du partage de cette ressource, encore malheureusement trop nécessaire, avec les autres pays européens. Regardez ce qui se passe déjà aujourd’hui, à peine sont-ils sortis, avec les ressources halieutiques autour des îles de Jersey et Guernesey. Les Pays-Bas sont le premier producteur de Gaz dans l’UE. Qu’est-ce qui les empêchera de vendre ce gaz à d’autres pays plutôt que de le partager avec les pays européens une fois l’UE détruite ? Par ailleurs, l’UE nous donne du poids (démographique, économique) qui nous permet de nous positionner en tant qu’acheteur crédible de ressources, auprès de la Chine notamment. A quel prix achèterions-nous le magnésium ou le tungstène si nous étions à nouveau seuls à le négocier ? C’est un non-sens que de penser que tout seul on achète mieux que groupé.

Au delà de ces arguments purement matériels, je suis convaincu de la nécessité de penser de façon mondiale au partage des ressources naturelles.

L’UE a perdu son poids dans la discussion générale sur le partage des ressources, mais ce n’est pas en la détruisant que nous renforcerons notre moyen de faire entendre la voix du partage. Le partage des ressources naturelles est déjà une des principales causes des guerres dans le monde. Il est fort probable que leur raréfaction générale en produisent de nouvelles. Les conflits géopolitiques actuels entre la Chine et les Etats-Unis en sont l’expression. Les Etats-Unis ne s’arment pas pour rien contre le reste du monde. Que représenterait la France hors de l’UE dans cette discussion mondiale ? C’est une question fondamentale de sauvegarde de la paix dans le monde.

Une autre critique du raisonnement de Monsieur Asselineau est d’ordre géopolitique.

Aujourd’hui l’UE tient peu ou prou ensemble une communauté historique de 440 millions d’habitants. Nous sommes liés par une histoire commune et des intérêts communs. Groupés nous sommes plus nombreux que les américains.

Pourquoi d’après vous aussi bien les Etats-Unis que la Russie cherchent à torpiller l’UE ? Regardez avec quelle complaisance Trump se vante du deal promis aux Anglais. Il va leur faire des ponts d’or pour s’assurer leur vassalité. Que pensez-vous que va faire la Russie une fois l’UE démantelée, si ce n’est chercher à reconstruire l’Empire Russe d’avant la seconde guerre mondiale ? Les russes seront avec la Chine et ensemble ils prendront l’Afrique, déjà largement investie par les Chinois. A moins de nous allier avec eux, ce qui du reste me semble être la meilleure option, nous ne pourrions nous tourner qu’encore plus vers les Etats-Unis.

Et là je ne comprends pas la position de Monsieur Asselineau, aussi inquiet de la dérive américaine que moi. Certes, l’UE est pitoyable dans son incapacité à tenir son rang ou à le renforcer, notamment avec l’Afrique que nous avons tant de raisons d’accompagner à son développement. Mais encore une fois, ce n’est pas en sortant de l’UE, en ne comptant que sur la francophonie, que nous renforcerons notre positionnement géostratégique.

Une troisième critique du projet de Monsieur Asselineau est d’ordre économique.

Certes il faut pouvoir exercer un contrôle sur les capitaux. Mais imaginer l’exercer de façon individuelle est une utopie. Aujourd’hui déjà le capital va où il veut. Peut-on vraiment croire que le capital restera en France si nous mettons seuls des règles qui le contraignent ? Le contrôle des capitaux ne peut être que mondial sinon il n’est pas. Et ce n’est pas que l’UE qui est en cause là dedans.

Par ailleurs son équipe, avec une partie de laquelle j’ai pu discuter après l’émission, reconnait elle même que de réintroduire un “Franc” nécessiterait de le rendre attractif. Comment ? Par une dévaluation. Voulez-vous que la dette française représente demain 110, 120 % du PIB ? Voulez-vous acheter tous vos produits 20% plus cher qu’aujourd’hui ? N’oublions pas que nous importons plus de 60% de ce que nous consommons en biens matériels. Regardez comment se comporte le grand capital quand une monnaie devient faible. Il joue avec en l’attaquant. Il prend des options sur la baisse de la monnaie et il fait des plus-values. Puis il passe des signaux d’achat pour prendre des options sur sa hausse et…il fait des plus-values. L’Euro nous protège un peu des attaques sur notre dette du fait de son rang de monnaie internationale crédible.

Un autre domaine éclairant sur la nécessité de plus de coopération européenne est l’Intelligence Artificielle, qui va changer le fonctionnement du monde dans moins de 20 ans. Une autre guerre mondiale se joue dans ce domaine. La Chine a prévu de consacrer 150 Milliards de $ dans la recherche sur l’IA d’ici à 2030. Les Etats-Unis consacrent à peu près le même budget, suite à l’augmentation décidée par Trump début 2019. L’Europe aujourd’hui peine à consacrer 4 à 5 Milliards par an à ce sujet, soit 3 fois moins que les chinois et les américains. Les Etats-Unis déposent aujourd’hui 50 % des brevets mondiaux dans l’IA, la chine 35%. L’Europe…2%, derrière même les Japonais, à 6%. Peut-on croire sincèrement que la France toute seule va pouvoir peser dans ce domaine ? Nous accusons déjà un retard dramatique que seule une coopération renforcée entre les pays européens peut compenser, même si j’ai tendance à penser que les jeux sont déjà faits.

La proposition de Monsieur Asselineau de repli sur soi me fait penser au village d’Astérix, aveugle sur le monde qui l’entoure.

Dans la BD cela se passe bien, ils ont la potion magique. La réalité historique a montré le contraire. S’isoler va nous conduire à nous faire bouffer, soit par le bloc de l’Est, soit par celui de l’Ouest.

Alors certes, Monsieur Asselineau pose un bon diagnostic, auquel la majorité des Français souscrivent. La France n’a plus sa souveraineté. Elle obéit aux règles dictées par l’Union Européenne et Monsieur Macron en est l’exécutant en chef pour notre pays. Certes il faut trouver un moyen de changer tout ceci. Peut-être qu’il faudra sortir de l’UE pour cela, mais alors nous nous couperons du monde dans lequel la France ne pèse déjà presque plus rien. Et il faudra construire des murs, des frontières, des barrières solides pour nous protéger.

Mais Monsieur Asselineau nous vend du rêve en s’imaginant comme un nouveau De Gaulle. Il fait des promesses populistes qui ne tiennent pas. Il s’est trouvé une ligne politique facile qui lui permet d’exister.

On a beau approuver les sondages quand ils disent que les Français sont contre l’UE actuelle, et contester ces mêmes sondages quand ils disent que les Français ne veulent pas du Frexit.

Il faut choisir et moi je choisis la voie de l’union des peuples après avoir remis tout ce bazar de l’UE à plat.

Avant de se résoudre à l’isolement, je voudrais que notre pays assume son rôle dans l’Histoire. Celle qui nous a permis d’être le dernier pays de l’UE à posséder l’arme atomique. Nous devrions parler aux peuples d’Europe, pour qu’ils désavouent les dirigeants populistes et court termistes ou trop exécutants de la volonté de l’UE. Il faut construire une nouvelle Union, basée sur les intérêts communs des peuples européens. Nous offririons notre protection nucléaire en contrepartie. Monsieur Macron est en train de le faire, mais pour des raisons bien peu ambitieuses.

Ceci dit, je ne demande qu’à être éclairé…

28 thoughts on “Pourquoi faut-il changer l’UE plutôt que d’en sortir: réponse à François Asselineau”

  1. Avatar
    Paul Lanthier says:

    L’U€ et ses traités ne sont changeables qu’à l’unanimité des états et de leur parlement soit une probabilité p à la puissance 56. (0.9)^56=0.00273892744 et il s’agit d’un scénario ultra optimiste où tous les états auraient à peu près les mêmes intérêts géopolitiques et économiques. J’ai lu rapidement votre réponse à Asselineau sur le web et techniquement chaque point se fait refouler par le mur cité précédemment. Après on peut toujours vivre dans ses rêves mais la paupérisation de la France du à l’€ c’est une réalité….
    Vous méconnaissez le sujet, admettez le… Comme 95 % des français.

    1. Avatar
      Le Moustique says:

      Quand les upristes jouent avec la réalité, cela donne des résultats à côté de la plaque… comme le démontre bien le billet de Stéphane.

      On ne peut réformer car unanimité… C’est très mal connaître la nature des traités européens. Comme il n’y a que le TUE et le TFUE pour les upristes, pas étonnant qu’ils refusent de voir la réalité en face. La CDF se réforme par 3. C’est dure d’obtenir l’unanimité à 3. Le PA26 se réforme à 1. Atrocement difficile d’obtenir l’accord d’un Etat. Le TCEEA ne se réforme pas sur le 48. Ne parlons même pas des articles des traités dont le contenu se modifie par la prtaique et non le 48. Que dire des réformes des processus législatifs par un simple accord inter-institutionnel?
      C’est sur que regarder l’ensemble des traités à l’aune de deux traités est la preuve d’une malhonnêteté flagrante et d’une inculture crasse qui ridiculisent les upristes.

      Stop aux mensonges upristes bas de gamme qui font d’Apollon un bossu et de Voltaire un crétin.

      1. Avatar
        Henri Tanson says:

        Il me semble que si l’Union européenne était réformable, et vu que tout le monde de tous bords la critique, il y a longtemps qu’elle aurait été réformée.
        Et les Français auraient enfin une Europe telle qu’ils la veulent, à la française.
        Et les Italiens ? Ben tiens, ils auraient une Europe à l’italienne !
        Et les Allemands ? Pareil.
        Et les Hongrois ?
        Chacun aurait sa propre Europe…
        Mais ça ne serait pas l’Union européenne !!!

      2. Avatar
        un UPR says:

        “C’est très mal connaître la nature des traités européens”
        La blague, dire qu’Asselineau connait mal les traités européens …
        Les articles qui sont essentiels SONT DANS LE TFUE. La libre circulation des mouvements de capitaux (article 63, pour ne parler que de celui-la) responsable des délocalisations et de l’évasion fiscale, c’est le TFUE. Donc il faut l’UNANIMITE pour changer cette règle.

        Donc gros malin, explique-nous comment tu vas taxer les GAFA sans l’unanimité.

        Avant de passer aux insultes écoute d’abord ce qu’on dit

      3. Avatar
        Jean-Luc says:

        Je trouve votre commentaire assez pittoresque, finalement. Et j’ai passé un bon moment d’amusement à sa lecture sous le flot d’insultes que vous nous adressez, à nous uperistes. Ainsi donc, le TUE et le TFUE serait de moindre importance par rapport à ces traités que vous citez et qui ne doivent traiter que de la taille des petits-pois dans les boîtes de 450 grs 🤣🤣🤣
        Soit. Mais puisqu’il est si facile pour vous de réformer des traités de l’UE, auriez-vous l’amabilité de nous citer tous les fabuleux traités qui ont été réformés depuis 2006, date à laquelle la France a ratifié le traité de Lisbonne malgré le référendum de 2005? Et surtout, quels extraordinaires impacts économiques ont eu ces fameuses réformes?
        Bon, retournez donc cirer les pompes de Sarkozy et/ ou Macron et laissez-nous donc parler de l’UE entre gens de bonne foi. Mouaaaaah ah ah

      4. Avatar
        Jo says:

        Bonjour,

        Je tiens avant tout à comprendre et mes questions sont de bonne foi.

        Je ne comprends pas votre réponse. Qu’est-ce que le CDF ? Le PA26 ? Un exemple de modification d’article “par la pratique” ?

        En ce qui concerne le TCEEA, il s’agit d’un traité spécifique à la gestion du nucléaire civil en Europe, son champ d’application politique est donc relativement restreint et spécifique. Selon touteleurope.eu : “La Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA ou Euratom) est née de la volonté française d’organiser la coopération européenne en matière de nucléaire civil pour assurer l’autosuffisance énergétique du continent. […] Mais les réticences originelles de certains Etats fondateurs, les blocages institutionnels et la relative faiblesse des moyens mis en œuvre ne permettront pas d’atteindre cet objectif.”

        Enfin les accords interinstitutionnels doivent se faire dans le respect du TFUE. Donc si ces procédures ne nécessitent, en effet, pas l’unanimité des Etats membres mais un conssensus de l”ensemble des institutions concernées, elles ne permettent pas de modifier en profondeur l’essence politique et institutionnelle de la construction européenne. Voici l’article 295 du TFUE relatif à ces procédures : “Le Parlement européen, le Conseil et la Commission procèdent à des consultations réciproques et organisent d’un commun accord les modalités de leur coopération. À cet effet, ils peuvent, dans le respect des traités, conclure des accords interinstitutionnels qui peuvent revêtir un caractère contraignant.”

        Dans l’attente d’une réponse que j’espère constructive.

  2. Avatar
    LiliRose says:

    A chacun son Europe ! Pour les uns, c’est l’Europe des peuples, pour les autres c’est l’Europe des travailleurs, des gens, des nations, politique, fédérale, etc.. Comment voulez-vous changer d’Europe lorsque dans un même pays, en l’occurrence la France, on n’est déjà pas d’accord sur ce que devrait être la “nouvelle Europe” ? Ajoutons à cela la puissance du phénomène crée par les 26 autres pays aux intérêts contradictoires face au principe de l’unanimité exigé par les traités et on obtient la situation de blocages permanente observée depuis des années. Moscovici l’a dit et redit : “L’unanimité empêche toute décision”. Selon lui, il faudrait “supprimer ce principe d’unanimité”…. Mais oublie-t-il que cette suppression est aussi frappée du principe de l’unanimité ? L’UE est comme elle est et elle est maintenant figée dans le marbre. On l’aime telle qu’elle est ou on la quitte. L’article 48 du TUE ne donne pas d’autre alternative. Ne pas comprendre cela et en tirer les conséquences qui s’imposent revient à poursuivre une chimère. C’est déraisonnable et dangereux pour la France qui s’en trouve détruite chaque jour un peu plus. L’urgence aujourd’hui pour les français est de faire le bilan, d’en tirer les leçons et de prendre une décision vitale pour le pays.

  3. Avatar
    Lad says:

    C’est beau de rêver.
    J’habite dans un immeuble aux fondations pourries. Les voisins se tirent dans les pattes. L’immeuble menace de s’effondrer et le syndicat de copropriétaires propose de repeindre les escaliers.
    Je me barre !!!!

    1. Avatar
      Emilien says:

      Je ne comprends pourquoi vous vous obstinez a dire qu’il faut changer l’Europe alors que l’on vous à explicitement expliqué que c’est impossible.

  4. Avatar
    Gonthier Sébastien says:

    Bonjour,
    Si on peut changer l’existant, pourquoi toutes les campagnes européennes des partis politiques en lice depuis ans 40 au bas mot le promettent sans le faire ? “Changer l’Europe” est un slogan cyclique, sans jamais être suivi d’effet.
    Si c’est possible, pourquoi personne ne s’y colle ? Ne serait-ce pas plus efficace d’en sortir une bonne fois, finalement ?
    Si l’UPR se répand en mensonges, que dire des promesses non tenues de ceux qui gagnent ces élections ? Pour moi, c’est pas l’UPR le menteur, à ce compte là.
    Qu’est ce qu’ils attendent, ces gens là, qui gagnent les européennes ? Pourquoi rien ne change ?

    1. Avatar
      François Asselineau says:

      Peut être parce qu’il est possible de changer le moteur d’une voiture sans avoir à changer la carrosserie?

      Comme aucun upriste n’a jamais pris la peine de regarder un minimum les programmes des autres partis, comment peuvent-ils juger de sa réalisation? Par exemple, le PPE, lors de la précédente mandature, avait promis et obtenu la création d’un corps européen de gardes-côtes. Pas un mot de l’UPR. Le rétablissement de droits de douanes sur l’acier chinois? Forcément un mensonge. Le rétablissement des contrôles aux frontières dans le cadre de Schengen? Forcément un mythe.

      Vous voulez des preuves, des résultats ? Encore faut-il être prêt à les écouter et à les admettre. On a un exemple parfait avec Erasmus. Les programmes d’échanges universitaires existent depuis tout temps mais la France n’a jamais débloqué l’argent pour en créer un de la même ampleur et amplitude. C’est bien beau de dire qu’on peut faire dans le cadre de la francophonie, encore faudrait-il se rendre compte que la francophonie ne propose rien de pareil. Question promesse pas tenable, il serait temps que l’upr commence par faire le ménage chez lui. Ne proposez pas l’appartenance à Schengen sans l’application d’une libre circulation des citoyens.

      Mais quand on passe son temps à se renseigner son temps auprès d’organismes militants contre l’Union européenne, il ne faut pas s’attendre à la moindre information objective de leur part. Il suffit de voir comment l’upr a été obligé de changer son discours sur la loi de 1973 ou encore le tissu de mensonge sur un prétendu eugénisme macroniste après avoir sorti une phrase d’un conférencier de son contexte.

      Partir du principe que la France pourrait le faire (alors qu’elle ne le fait pas ) ou que ce n’est pas permis par les traités montre juste l’étroitesse du raisonnement upriste

      1. Avatar
        lorm tuan says:

        “étroitesse du raisonnement”..surtout quand, comme vous, on ne connais pas se mouvement ! vous en faite la parfaite démonstration

      2. Avatar
        LiliRose says:

        L’Espace Schengen n’est pas l’Union Européenne. Certains pays appartiennent à l’un et pas à l’autre… et vice et versa… Votre raisonnement tombe d’un coup du fait de votre ignorance. Selon Socrate : “la pire ignorance est celle qui s’ignore elle-même”. et Martin Luther King de conclure : “Rien n’est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse.”

      3. Avatar
        RV says:

        Depuis que la France est dans l’UE, va t’elle mieux ?
        A chaque vote européen et depuis des décennies, on nous sort “une autre Europe”…
        Avez vous vu un changement ? Une évolution positive ?
        En 2007 Sarkozy a bafoué le référendum de 2005 montrant les français contre l’UE, pourquoi ? N’est ce pas un déni de démocratie donc une dictature ?
        Si peut être par hasard un petit truc peut être changé, croyez vous qu’un remodelage total de l’UE puisse convenir a tout les pays membres qui ont des intérêts différents ?
        Regardez simplement comment le BREXIT montre le désaccord des 27 et vous pensez que l’on va y arriver sachant que chacun tire la couverture a soi ?
        L’euro est trop faible pour l’Allemagne et trop fort pour les autres dont l’économie se casse la gueule, croyez vous que cela donne de la force a l’UE ?
        Quand la Pologne achète des avions US au lieu d’avions fabriqués UE, quand des financements européens servent a payer des entreprises hors UE pour la construction d’édifices, cela sert il l’économie européenne ?Quand on a signé le CETA, le marché européen n’est il pas concurrencé par la propre volonté de l’UE ?
        DESIREZ VOUS D’AUTRES EXEMPLES ?
        je rajoute les travailleurs détachés qui viennent en France et sont payés moins chers que nous, que croyez vous que le gouvernement fera devant la montée des gens sans emploi ? Résultat baisse des salaires…
        OUVREZ SIMPLEMENT LES YEUX, ARRETEZ LA LOBOTOMISATION ET INSTRUISEZ VOUS SUR UPR.TV CE N’EST PAS UNE SECTE…
        PAR CONTRE JE DIRAI PAS LA MEME CHOSE DE LA MACRONIE AVEC LEUR RAMASSIS DE BANDITS

  5. Avatar
    Henri Tanson says:

    Stéphane Carbiener, vous êtes pour un gouvernement mondial ?
    C’est qui semble ressortir de vos propos, à plusieurs reprises.
    Pourquoi pas.
    Mais je ne suis pas sûr que ce soit le voeu de la majorité…
    Vous rêvez de coopération et de partage, plutôt que de compétition ?
    Vous êtes donc un Bisounours ; il en faut des rêveurs, mais surtout pas en politique.
    Vous dîtes qu’Asselineau fait des bons constats ?
    Il fait bien plus que cela : il fait une analyse précise de la situation et en tire les bonnes conclusions. Et en fonction de ces conclusions, il propose la seule solution possible ; que vous assimilez à du rêve !

  6. Avatar
    Gonthier Sébastien says:

    Si je peux me permettre, vous ne répondez pas à ma question. Pourquoi tous les partis politiques qui veulent “changer l’Europe” ne le font pas, quand ils ont gagné les élections ? Je ne veux ni preuve ni résultat, mais une explication : pourquoi ceux qui veulent la changer, une fois élus, ne changent rien ?
    Je ne comprend pas ce qui vous rend si catégorique, vous manquez d’objectivité : en 2017 j’ai pris le temps de regarder avec attention les programmes de tout le monde. Chaque candidat. Comment juger de la réalisation (de la crédibilité, vouliez vous peut être dire ?) d’un programme si le candidat n’est pas élu ? Je vous retourne la question.
    La conférence d’Asselineau “Le jour d’après” revient sur le concept du Village Gaulois que vous mettez vous aussi en avant. Avez vous, vous même, pris la peine de l’écouter/regarder ?
    Vous parlez de mensonges et de rêves, je peux vous en opposer aussi, découlant/venant directement du dogmatisme et du fonctionnement de l’UE, comme l’application forcenée de la reforme des retraites, ou la protection totalement illusoire par les seules frontières extérieures européennes des citoyens européens, par exemple. Via les GOPE, et ne vous en déplaise, je sais lire (GOPE 2018, page 4, article 10) et par un acte de terrorisme, quand un criminel traverse avec son arme sur lui, après avoir donné la mort, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-bas, la France et l’Italie, alors que l’UE prône la libre circulation sans frontières internes. Moi j’y vois là, très objectivement, mensonges et rêves européens.
    J’entend que mes arguments ne vous touchent pas ou que ne les jugiez pas crédibles, je ne suis spécialiste de rien, un simple citoyen. Cependant, je souhaite que vous répondiez, simplement à ma question liminaire :
    – Pourquoi tous les partis politiques qui veulent “changer l’Europe” ne le font pas, quand ils ont gagné les élections ? Je ne veux ni preuve ni résultat, mais une explication : pourquoi ceux qui veulent la changer, une fois élus, ne changent rien ?

  7. Avatar
    Romain says:

    Bien. Un argumentaire soigné. Et face à quelqu’un qui développe des arguments alors je vais en développe aussi dans le cadre d’un débat éclairé.

    vous dites que nous allons nous isoler. personnellement je ne suis pas d’accord. pour plusieurs raisons : prenons des contre-exemples, nous en avons un qui est située non loin de nos frontières il s’appelle la Suisse.

    la Suisse jouis actuellement d’un rapport exportations par habitants encore plus grand que l’Allemagne.

    Si on suit votre avis comment fait la Suisse pour exporter autant si elle n’est pas dans l’UE?

    Ensuite pour le partage des ressources, la encore une fois nous pouvons utiliser des pays comme la Corée du Sud, le Japon, la Suisse qui n’ont pas d’une et pourtant s’en sorte.

    Concernant l’euro et la Monnaie. Une étude du CEP qui fait pourtant parti du corps européen démontre que la France a perdu a cause de la surévaluation de l’euro par rapport à son économie véritable l’équivalent de 55000€ par français sur les 20 ans de son existence.

    Cette même étude fait écho à une autre étude sur l’euro faites par Jacques Sapir qui a produit un résultat similaire.

    Les prix Nobel d’économie sont de plus en plus nombreux a être critique sur l’euro et sur l’Union européenne.

    Je suis comme vous, si l’UE marchait et si on avait factuellement plus de bénéfices à y rester qu’a en sortir on serait tous d’accord pour y rester.

    Mais quand on voit que pendant 4 ans ils ont débattu pour aucun résultat sur une question comme le changement d’horaire qui pourtant est une question mineure par rapport à une notion de chômage européen. De salaire européen. De couverture santé européenne etc…

    Une étude a démontré que l’Allemagne devrait reverser 10% de son PIB alors que la misère est très présente pour les prolétaires allemands si on voulait faire de l’UE une zone économique stable.

    Comment voulez vous qu’ils acceptent celà. Eux qui se sont sacrifiés pour leurs Sacro Saintes compétitivité et pour leurs exportations.
    Il faudrait leurs dire qu’ils ont été trop efficace, que les Français, les Espagnols, les Portugais, les Italiens n’ont pas voulu réformer comme eux l’ont fait.

    Mais après tout dans une démocratie on est en droit de refuser un projet qui nous déplaît non?

    Le soucis c’est que votre discours en fait, mets encore une fois en lumière des principes que l’on nous a vendu 1001 fois depuis 30 ans. “Ensemble bon est plus fort” “Ensemble c’est mieux pour contrer la Chine et les States”

    Mais elle ne met pas. En lumière les conséquences, parce que la réalité est la, c’est que nous sommes pas ensemble.

    Nous ne sommes pas ensemble pour la monnaie, l’euro est une monnaie commune et non unique. Les banques ne se font plus confiance depuis 2008. Les soldes target 2 explose sans pouvoir d’évaluer la monnaie ce qui laisse la place à la d’évaluation interne que le peuple refuse massivement ( gilet jaunes, vote extrême droite qui monte un peu de partout)

    L’UE c’est un peu une équipe de foot ou tu aurais le défenseur qui tacle son propre attaquant pour que lui même marque le but. Regardez l’irlande, le Luxembourg qui sont des paradis fiscaux européens…

    Tout prend un temps fou, parce qu’il faut continuellement mettre 27 États d’accord et au final rien ne se passe. Et chacun veut avoir une UE mais MAIS une UE a SON image avec SA culture et sa vision de l’économie.

    Laissant la part belle a de Gaulle qui disait de manière visionnaire, on ne fait pas d’omelettes avec des oeufs durs.!

  8. Avatar
    Sébastien Roquand says:

    Je comprends le point de vue de l’auteur qui semble oublié un détail.

    Il existe une organisation européenne encore plus grande que l’UE qui s’appelle le Conseil de l’Europe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_de_l'Europe)

    Cette organisation compte 47 pays (47>27 pays) Cette organisation compte tous les pays européens, y compris la Russie (en voilà un pays plein de ressources qui souhaite travailler plus en collaboration avec les pays européen plutôt que contre eux)

    Cette organisation pourrait être le lieu de coopération avec des projet europénes dans lesquels les pays intéressé participeraient
    Cette organisation pourrait permettre des négociations plus appaisé

    Pas besoin d’une gouvernance technocratique constitué de gens non élu qui ne répondent pas de leur acte devant le peuple et qui servent des intépets qui ne sont pas ceux du plus grand nombre

    Asselineau a toujours maintenu qu’il garderait la France dans ce conseil mais se retirerait de l’UE

    ceux qui défdent une autre europe sont des simples collabos qui bercent (et se bercent) d’illusion

  9. Avatar
    blue says:

    … comme si sortir de l’UE nous empêchait de conclure des deals avec d’autres pays UE pour acheter du tungstène… 6686 traités lient la France au reste du monde. TUE et TFUE ne comptent que pour 2 traités. Je trouve cet article confus. Ce monsieur n’a pas lu le programme de M. Asselineau, qui écarte volontairement les sujets clivants au profit de l’essentiel : recréer les conditions mêmes permettant de signer des deals. Sortir, dévaluer, relancer. La France a fait cela 11 fois au temps du FRANC. Sommes-nous morts à cette époque-là écartelés entre une monnaie trop forte et une pauvreté envahissante, dans un pays ouvert désormais à tous les vents de chocs migratoires crées depuis notre réintégration dans l’OTAN et les décisions folles de Sarkozy, Hollande et Macron ? Apparemment : NON. Je n’ai qu’une hâte : voir la Grande Bretagne triompher sur le volet emploi, développement, et surtout réduction de la pauvreté.

    1. Avatar
      Maelys says:

      Sauf que sortir de l’UE revient à sortir de plus de 650 traités, soit environ 10% des accords internationaux qui lient la France au reste du monde. Même lMichel Barnier a confirmé ce fait. Donc non, on est au delà du fameux mythe de sortir que de deux accords, de ne pas vouloir isoler la France.
      https://www.youtube.com/watch?v=JMKDjjVBnAc

      Vous aurez beau sortir de l’UE, vous ne pourrez toujours pas davantage dévaluer le nouveau franc car c’est interdit par le FMI.
      https://www.lopinion.fr/edition/economie/etats-membres-fmi-s-engagent-a-ne-plus-manipuler-leur-monnaie-165273

      Et c’est là toute l’arnaque de l’upr: ne pas proposer un vrai Frexit

      1. Avatar
        Henri Tanson says:

        Maelys : dévaluer une monnaie nationale serait interdit par le FMI ?
        Euh, la valeur des monnaies varie en permanence ; c’est la loi du marché.
        Même la valeur de l’euro par rapport au dollar passe son temps à varier…
        On ne peut pas interdire ce qui existe naturellement .
        Tant que ça reste naturel.
        Vous être amusant•e…
        Et vous oubliez que la monnaie, depuis toujours, est un outil au service d’une économie, et non le contraire. Dans l’UE, c’est l’économie qui est au service de la monnaie et de la BCE !!!

        1. Avatar
          Maelys says:

          Henri Tanson: Savez vous ce qu’est une dévaluation?

          Une monnaie subit une dévaluation lorsque les autorités monétaires décident d’abaisser son taux de change par rapport à une référence (un poids d’or en système d’étalon-or, une monnaie étrangère, un panier de monnaies…)

          Une dévaluation suppose deux éléments:
          – une baisse du taux de change
          – une action d’une autorité monétaire afin de baisser le taux de change.

          L’article que je pointe montre justement que les Etats membres du FMI s’obligent à ne plus procéder de manière active à un changement de valeur de la monnaie d’un Etat.

          Il ne reste donc que la dépréciation et l’appréciation qui sont des mécanismes naturels induits par l’exercice du marché et qui ne peuvent pas être stoppé par une action d’un gouvernement (vu que celui-ci n’a plus le droit d’agir sur les taux).

          En conséquence, même si vous sortez de l’UE, vous n’aurez toujours pas plus de souveraineté monétaire car nous serons encore dans le FMI. Et il suffit de voir les plans d’ajustements structurels que propose le FMI pour se rendre compte de la supercherie de rester dans cet organisation mortifère et violant la souveraineté des Etats.

          Donc stop à la propagande de l’UPR sur la dévaluation.

          1. Avatar
            Baptiste says:

            L’UPR n’a jamais dit qu’elle comptait dévaluer la monnaie, mais que le retour au franc induirait une dévaluation d’environ 10 à 15% par rapport à l’euro, ce qui a été confirmé par plusieurs économistes, afin que la monnaie retrouve sa valeur réelle. Vous vous trompez ou vous mentez. Quand au FMI, vous soulevez déjà une nouvelle question qui n’a de sens qu’une fois sorti. Donc sortons d’abord.

          2. Avatar
            Gautier says:

            Il y aura mécaniquement une dépréciation.
            1) A cause du fait politique de déclencher un Frexit

            https://www.ig.com/fr/glossaire-trading/depreciation-definition#information-banner-dismiss

            2) ce ne sera pourra pas être considéré comme une dévaluation monétaire dans la mesure où ici on introduit une nouvelle devise (nouveau franc), qui certe démarrera au même niveau que l’euro mais baissera immédiatement. La devise étant nouvelle, il sera nécessaire qu’elle trouve sa place dans l’échiquier des devises. Ce ne pourra donc pas (selon moi), être considéré comme dévaluation compétitive.

  10. Avatar
    blue says:

    L’auteur montre aussi que nous avons perdu l’idée même d’avoir des idées. Nous sommes désormais incapables de projeter une vision futuriste de notre pays aux yeux du monde et pour le monde et notre place dedans, parce qu’une poignée de technocrates austéritaires à Bruxelles ont fait de 67 millions de français, relayés par une presse apocalyptique aux ordres des libéraux décomplexés devenus plus immatures que jamais, car en pleine décompensation égotique, une simple banlieue ouvrière du mondialisme productiviste. Est-ce cela la France, un futur Disneyland généralisé. ? On continue ? Bientôt je devrai porter béret et baguette toutes les heures, au moment du passage des bus de touristes US et chinois ? TRUMAN SHOW ? Je vous lis et vous me faites pitié, d’avoir si peu d’idées pour votre pays, et si peu confiance en vos contemporains. Et vous oubliez notre tropisme africain. Nous demeurons un interlocuteur privilégié apte à côtoyer les grandes puissances invasives en Afrique. Nous avons également un tropisme asiatique en plein essor. Mais nous avons perdu notre diplomatie à cause de l’UE, et avec l’art de construire notre vision, couplé à celui de se tromper toujours, à suivre les USA le parti du crime de masse. Même la Suisse a plus de vision politique que nous. Mais la Suisse a la votation.

  11. Avatar
    Fred says:

    Donc vous êtes en train de dire que tous les gens qui ont essayé de réformer l’UE depuis sa création sont des incompétents et des incapables ? L’UE n’est réformable qu’à l’unanimité et chaque pays ira dans le sens de ses intérêts nationaux, rien n’a bougé et rien ne bougera.

  12. Avatar
    Futur_adh_UPR says:

    ” Ceci dit, je ne demande qu’à être éclairé… ”
    Monsieur ASSELINEAU propose de sortir de trois traités (UE, euro, OTAN) sur… les quelques milliers d’autres traités dans lesquels elle restera.
    Ces trois traités ont pour conséquences de priver la France de souveraineté monétaire, militaire, etc.
    Une fois la France sortie de l’UE, tous les sujets sociétaux pourront être traités de manière souveraine, avec en prime un RIP inscrit dans la Constitution.
    Voici en quelques mots, en espérant avoir éclairé votre lanterne,
    Cordialement

  13. Avatar
    Eowya says:

    Les gens comme l’auteur de cet article sont dans une impasse infranchissable pour eux :
    Ils reconnaissent que l’UE c’est bancal et ça marche de travers. Ils partagent les diagnostiques des partisans du FREXIT sur l’état des institutions. Mais ils ne veulent pas quitter l’UE a cause d’une seule idéologie : “L’universalisme”.
    Cet idéal qui veut que tous les peuples du monde doivent progressivement s’unir pour en former qu’un seul, une seule langue, un seul esprit, la grande collectivité de la civilisation humaine. Le fait de se dire qu’il n’y a plus de barrière, un “marché économique commun”, des ressources centralisés et partagées, redistribuée mais mutualisée afin d’avoir plus d’ambition que des projets national et de bénéficier a tous.
    Le problème, c’est quand pratique, l’universalisme des pays Européens a donné un système corrompu, dirigé par la finance et les lobby, et très éloignés des peuples. Un système qui essaye d’appliquer une solution simple pour un ensemble de pays aux problèmes complexes. Et bien évidemment, ça ne marche pas.

    Nous partageons les même constats, mais là ou le bas blesse, c’est dans la solution. Ceux qui optent pour un FREXIT ont une certaine lucidité sur le manque total de volonté politique de changement d’Europe. Tous les politiciens le promettent a chaque élection, mais en réalité, ils n’ont ni la capacité, ni la volonté de changer quoi que se soit. L’UE est l’agrégation d’intérêts divergeant. Ironiquement, c’est Robert Barathéon de la série “Game Of Thrones qui illustre le problème de l’Europe” avec le plus de précision : “Qu’est ce qui est le plus fort : 5 ou 1 ?” – Cersei répond “5”. Robert montre alors : “5 (5 doigts), 1 (le poing fermé). Un ensemble homogène dirigé par un seul chef avec le même objectif”. Chez nous il y a autant de chez qu’il y a de personnes fortunée”
    Et bien, cette situation est l’allégorie de l’UE. Il n’y a aucune convergence d’intérêts, il n’y a pas de langue commune, il n’y a pas de proximité entre un Français et un Lituanien, et surtout, chaque pays a une manière radicalement differente de concevoir le monde, certains sont très libéral, d’autres très socialiste”. A vouloir uniformiser toutes les cultures, tous les états, toutes les lois, et la plupart du temps, envers et contre les peuples qui la constitue, l’UE se comporte de manière autoritaire. Elle dicte ses lois, et les imposes aux peuples qui bien souvent, sont en total désaccord avec eux. Et constitutionnellement, tout est verrouillé, il faut l’unanimité des voix des états membres pour changer la moindre ligne, et les institutions étant gangréné par la corruption, ainsi que toute une partie de la classe politique, aucune solution ne pourra venir d’ici.
    Le plus simple est de revenir a la raison et de reformer une Europe des nations, ou chaque état vit avec sa culture, ses spécificité, son charme, ce qui n’empêche pas de former des projets internationaux (comme l’avait été Airbus avant la constitution Européenne), ce qui n’empêche pas le commerce, mais ce qui permet davantage de démocratie.

    L’enfer est pavé de bonnes intentions, et c’est le piège dans lequel tombent la plupart des Européïstes. Ils veulent l’UE pour les meilleures intentions, mais ne se rendent pas compte que celle ci tend a devenir similaire a l’URSS…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le blog
Quentin Hoster
Hervé Mathurin

Voay Media

Le Cercle Mauriac

Ex Nihilo se positionne sur la ligne “centriste et malpensante”, contre le conformisme et le nihilisme de l’époque. Blasphème depuis 2016.

A la Une Bordeaux 2020 Debunk Interviews L'enquête bisounours Lu et corrigé Taisez-vous !